Réforme des retraites, imposture du gouvernement

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (soyez le premier à donner votre avis)
Loading ... Loading ...

Pour réussir une réforme doit être adaptée et juste. Sarkozy a bien compris ce point est « Juste » est le mot magique mis au point par l’Elysée pour faire accepter son plan de sauvetage de la retraite des Français. Qu’on se le dise : c’est une réforme « juste » ! Oui, juste. Tous les ministres le répètent dans tous les médias sur tous les tons. Cela ressemble à de l’incantation. Or à y regarder de prêt cette réforme est fondamentalement injuste, et ce n’est pas les quelques symboles concédés par le gouvernement qui changeront la donne. Analyse :

Elle est injuste car le report de l’âge de la retraite à 62 ans pénalise ceux qui ont commencé à travailler tôt. Certes il y a des aménagements pour les carrières longues, mais cela concernera un nombre limité de personnes. Certes il y a des aménagements pour les salariés ayant des travaux pénibles, mais il faudra avoir des séquelles visibles pour en bénéficier alors que ces personnes ont une espérance de vie réduite.

Elle est injuste car ceux qui auront eu des problèmes dans leur parcours devront attendre 67 ans pour pouvoir partir en retraite. Or ce sera sans doute ceux qu’il sera le plus difficile de maintenir en emplois jusqu’à cet âge. La justice du gouvernement c’est galérer plus pour galérer plus.

Elle est injuste car nous avons un taux de chômage de 29% chez les jeunes et quand forçant les plus vieux à travailler plus on sacrifie la nouvelle génération. Il sera difficile pour elle de trouver un premier emploi et en plus ils devront travailler jusqu’à 67 ans.

Elle est injuste car les entreprises ne veulent pas des plus de 50 ans. Depuis 2003 on nous promet plus de travail pour les séniors et rien ne vient. Le patronat reste insensible à la situation des séniors, insensible aux pressions des syndicats réformistes qui avait accepté la réforme Fillon en 2003, insensible aux pressions, plus que limitées, des gouvernements de droites qui ne prend pas de mesures coercitives. Ce ne sont pas les nouvelles annonces qui vont modifier cette situation. La réforme va donc aggraver la situation de précarité de cette population.

Elle est injuste car, si le bouclier fiscal est remis en cause ce n’est que très partiellement et les revenus du capital ne sont toujours préservés. Une fois de plus, même parmi les riches le travail est pénalisé par rapport à la rente du capital. On demande 32 milliards d’effort et seulement 4 milliards aux français les plus riches.

En fait, ce sont ceux qui ont commencé à travailler tard, qui ont fait des études, qui ont eu des emplois intéressants et bien payé, qui n’ont jamais connu la peur de perdre leur travail qui sont les grands bénéficiaires de cette réforme.

Si c’est cela la justice, c’est la justice du plus fort. Le gouvernement est, une fois de plus, dans une imposture. Il est de notre responsabilité de la dénoncer, de résister.

Voir aussi : Retraite : pour un vrai débat

1 comment to Réforme des retraites, imposture du gouvernement

  • Bernard

    Les syndicats ne feront rien pour le « petit peuple », car les avantages de nos chers fonctionnaires sont sauvés !

    Les innombrables avantages liés aux régimes spéciaux, notamment ceux de la Fonction publique, sont préservés, à savoir :

    les bases de calcul de la retraite, c’est-à-dire les six derniers mois de salaire dans la sphère publique, au lieu des 25 meilleures années (pour la CNAV) ou de la carrière entière (pour les complémentaires Agirc-Arrco) dans le privé.

    La multitude de bonifications ou « trimestres gratuits » qui permettent aux fonctionnaires de réduire, sans cotiser ni travailler, le nombre d’annuités requises pour une retraite à taux plein : bonifications du « cinquième », de « moitié », de « campagne » (pour les militaires), de « dépaysement », « Outre-mer », « hors Europe »…

    Les conditions d’octroi des pensions de réversion au conjoint survivant, qui sont soumises à des conditions d’âge et de ressources dans le privé, mais pas dans le public.

    Les régimes spéciaux d’EDF, de GDF, de la SNCF et de la RATP, dont les salariés ne seront concernés par le report de deux ans de l’âge de la retraite qu’à partir de 2017, et progressivement jusqu’en 2025. Ce n’est donc qu’à partir de cette dernière date que les cheminots « roulants », qui prennent aujourd’hui leur retraite à 50 ans, partiront à 52 !

    Et surtout, le principe des prestations définies, grâce auquel les fonctionnaires voient le montant de leur pension garanti à 100 % par l’État.
    Ce n’est évidemment pas le cas des salariés du privé, dont le niveau des cotisations est revu à la hausse et celui des pensions à la baisse pour équilibrer les comptes des régimes.

    Comme en 2003, le pouvoir évite de contrarier son armée de valets : les fonctionnaires !

Leave a Reply

 

 

 

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>