Sarkozy régulateur des marchés : parole et réalité

16 février 2010 par Fred le Zèbre Laisser une réponse »
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (3 votes, moy. : 4,67 sur 5)
Loading ... Loading ...

Nicolas Sarkozy nous avait promis de mettre les marchés au service de l’économie. Dans la pratique se sont les marchés, que les états viennent de sauver, qui mettent les états sous contrôle.

Les marchés ont attaqué les pays Européens les plus fragilisés par la crise : le Portugal, l’Irlande, la Grèce, l’Espagne (Spain) qu’ils ont surnommés les PIGS. Que fait-on d’un cochon on le saigne, c’est ce que les marchés financiers font aujourd’hui en spéculant contre c’est pays et en les obligeants à emprunter à des taux « anormalement » élevés et à mettre en œuvre des plans d’austérité qui seront une nouvelle fois payés par les pauvres citoyens. Les agences de notation, co-responsables de la crise, participent à cette saignée.

Autre exemple, l’Islande. La Grande Bretagne et les Pays-Bas réclament le remboursement des pertes de leurs ressortissants suite à la faillite d’une banque Islandaise qui proposait des rendements irréalistes. La théorie financière considère que le rendement reflète le risque pris, les anglais et les néerlandais ont joué et perdu, pourquoi les rembourser ? C’est la loi des marchés. Et bien non, il faudrait que les Islandais payent et on les menace de ne pas pouvoir rentrer dans l’Union Européenne. Toutefois, avant de payer, le chef de l’Etat souhaite un referendum. Selon des sondages, les électeurs ont l’intention de rejeter le projet.

Nous n’entendons plus notre matador des marchés. Encore une fois des paroles en l’air et aucun résultat. Deux possibilités : soit Nicolas Sarkozy croyait ce qu’il disait et il vient d’être une nouvelle fois humilié ; soit Nicolas Sarkozy nous a menti. Chacun choisira sa version.

Publicité

Laisser un commentaire