I had a dream

22 novembre 2009 par Fred le Zèbre Laisser une réponse »
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (soyez le premier à donner votre avis)
Loading ... Loading ...

J’ai fait un rêve, le débat sur l’identité nationale avait réveillé la part de lumière qui est en nous. Ceux qui espéraient regagner les voix de la droite nationale en ranimant la peur avaient raté leur coup politique. Les français avaient dit non, avaient refusé le piège qui leur était tendu, n’avaient pas laissé parler leur part d’ombre alors qu’on les y invitait. Il ne tient qu’à nous que se rêve devienne réalité. A quoi cela pourrait ressembler.

La solidarité serait la pierre angulaire de l’identité française. Ce serait un élément fort de nos valeurs, une spécificité dont nous pourrions être fière dans un monde où les individualismes et les égoïsmes se développent tous les jours plus. Cette valeur aurait de nombreux impacts :

  • Collectivement nous accepterions de sauver la sécurité sociale. La sécurité sociale est notre bien collectif, nous ferions attention à notre consommation comme si c’était notre argent. Nous accepterions un plan de financement qui permette à la sécurité sociale de fonctionner convenablement et nous refuserions de soutenir un gouvernement qui accepte de voter un budget faisant apparaître un déficit de 30 milliards, un gouvernement irresponsable qui condamne à mort la sécurité sociale.
  • Les personnes favorisées, ayant des revenus élevés, serait fière de payer des impôts et la preuve de la réussite se mesurer non plus aux revenus mais aux impôts que l’on paye. La loi de finance assurer une juste répartition de la richesse afin que tous puissent vivre convenablement. Les français qui choisiraient de ne plus rester en France pour ne pas payer d’impôts seraient déchus de leur nationalité et boycottés : concerts, matchs… On ne permettrait plus à un chanteur qui a fait le choix de vivre en Suisse d’être la vedette de la fête nationale. Les français ne soutiendraient pas un gouvernement dont la loi de finance serait toujours plus pour les plus favorisés.
  • Les personnes qui apportent de l’aide aux exclus seraient des exemples que l’on inviterait à suivre est non des coupables que l’on condamne. Nous refuserions notre soutient à un gouvernement qui ose faire de la solidarité un délit.
  • Nous serions fières qu’une partie de nos impôts soit utilisé pour aider les pays en développement et nous aurions comme ambition d’être l’un des pays les plus en avance sur ces questions. Les entreprises qui vivent sur la défiscalisation ne seraient plus aussi florissantes.

Les libertés seraient une valeur essentielle, tellement essentielle que nous donnerions aux personnes les moyens pour l’exercer. Liberté de penser, liberté de s’exprimer, liberté de s’informer. La privation de liberté, et l’emprisonnement plus particulièrement, serait limitée au cas où la société serait en danger et en dernier recours. Toutes les formes de totalitarisme, même, surtout les formes modernes dans lesquels les « esclaves » acceptent avec plaisir à leur mise en esclavage seraient combattues.

  • Liberté de penser. Nous sommes tous libres de penser, du moins dans nos têtes. Aussi dans ce cas il s’agit plus de donner à tous les moyens de penser. Cela commence à l’école où on devrait apprendre à penser. Dans mon rêve, l’école française était non seulement une école des savoirs mais aussi une école de la pensée. Le prêt à penser, les conditionnements, la pensée unique seraient bannis, on ferait appel à toutes les formes d’intelligences. Le métier de TF1 ne serait plus d’aider Coca-Cola à vendre son produit mais d’aider les français à penser librement.
  • Liberté de s’exprimer et de s’informer. La France serait première au classement mondial de la liberté de la presse. Les journalistes feraient du journalisme d’investigation à la place des faits divers. L’analyse serait mise en avant. L’information seraient disponible, facile d’accès, mise en avant. La protection des sources serait dans la constitution. Les journaux seraient indépendants des politiques, des lobbys économiques et les journalistes ne seraient plus soumis aux pressions. La télévision publique serait indépendante du pouvoir, les télés privées seraient indépendantes des entreprises. Les français seraient vigilants dénonçant toute atteinte à la liberté. Les forces de l’ordre, la justice protégeraient l’expression de chacun plutôt que de mettre en garde à vue ceux qui expriment leur point de vue, de poursuivre les bloggers. La censure, l’auto censure aurait disparu. Chacun serait inviter à donner sont avis dans de vrais espaces de débat et les pseudo-débats dont l’on connait la conclusion avant le début auraient disparu.
  • Liberté de mouvement. La garde à vue serait uniquement réservée au cas où elle est nécessaire à l’enquête et pour des infractions graves. Elle ne serait pas un moyen pour « attendrir la viande », intimider, pour que les individus s’auto censurent. La prévention et la réinsertion seraient privilégiées et le recours à l’enfermement ne serait que le derniers recours. L’emprisonnement pour un délit que l’on pourrait éventuellement commettre, pour une dangerosité potentielle serait contraire à la constitution car elles sont le premier pas vers totalitarisme.

Après ces deux premières valeurs je me suis réveillé, je me sentais bien plein d’une énergie nouvelle, de l’envie de partager, d’écrire.

Publicité

Laisser un commentaire